NaNoWriMo 2019 : retour sur une première expérience

Je me souviens que cette année était la troisième année où je me suis dis en octobre « Allez, cette fois-ci, c’est la bonne : cette année, je participe au NaNo ! ». Pour rappel, le NaNoWriMo (National Novel Writing Month) est un challenge lancé chaque année au mois de novembre où les participants s’imposent d’écrire 50 000 mots – l’équivalent d’un roman – pendant un mois.

Aussi, à l’inverse des deux années précédentes, j’ai réellement écrit quelque chose et la raison de cela est double : une bonne préparation et un objectif réaliste et concret.

Une bonne préparation

Mon projet pour le NaNo, une nouvelle de Noël, avait déjà pas mal mûri depuis plusieurs semaines ; mes fiches personnages étaient faites, mon tableau chronologique des scènes également. J’étais tellement prête que j’avais déjà commencé à écrire mon histoire… Certains diront que c’est une mauvaise idée de commencer à écrire son projet avant le 1er novembre mais je pense que, de mon côté, ça a pas mal aidé. De fait, je n’ai pas connu de « blocage » des premiers jours étant donné que mon projet était lancé et que j’étais déjà familiarisée avec, etc.

Un objectif réaliste et concret

Mon objectif était donc de finir une nouvelle de Noël que j’avais déjà un peu commencé mais surtout pour laquelle j’avais déjà réalisé un plan relativement précis, où les personnages avaient déjà été créés, etc.

Optimiste, je m’étais fixée 25 000 mots (au lieu des 50k). Si je me suis fixée un objectif plus petit que celui « officiel » du challenge, c’est parce que je connais mes limites et que je savais que 50k me découragerait dès le début pour cette première fois.

Comment ça s’est réellement passé…

Pleine d’énergie et de motivation, j’ai écris presque tous les jours quelques centaines de mots, et j’étais satisfaite avec cela ; mon histoire avançait relativement vite, et ce que j’écrivais me plaisait. Je pense ne jamais avoir avancé si vite car avant ce NaNo, c’était simple : je n’écrivais que quand j’en avais vraiment envie et surtout quand j’étais inspirée. Du coup, il pouvait se passer parfois trois mois sans je ne touche à mon manuscrit.

Contente de cette progression inouïe pour moi (mais ridicule quand on voit ce que certains arrivent à écrire par jour !), j’ai complètement arrêté à la mi-novembre, car il me restait un chapitre sur les sept prévus et que je me suis dit que j’avais à présent tout le temps de le faire et de prendre une petite pause. Sauf que je n’ai jamais réussi à m’y remettre pour un malheureux chapitre.

Et le résultat ?

Outre un nombre de mots ou un objectif précis (ici : finir une nouvelle), mon objectif premier était de me prouver à moi-même que l’excuse « J’ai pas le temps d’écrire » n’est pas une vraie excuse. Cela peut paraître bateau, mais oui, quand on veut, on peut ! Pendant la première moitié de novembre, j’ai réussi à libérer environ une heure par jour pour écrire, et c’était suffisant pour moi.

J’ai ainsi réalisé qu’écrire tous les jours permet d’être en permanence dans son histoire et qu’il ne faut pas se remettre « dans le bain » pendant 15 minutes, en relisant ce qu’on a écrit la dernière fois.

J’ai également réalisé que non, il ne faut pas attendre l’inspiration ou l’illumination divine pour écrire ; parfois, on n’est pas spécialement inspiré en s’asseyant pour écrire et puis au bout de quelques minutes d’écriture hésitante, la magie opère et les mots sortent tous seuls.

Enfin, j’ai appris aussi à ne pas être trop difficile avec moi-même ; oui, un premier jet est rarement un best-seller et non, ce n’est pas parce que certains jours, tout ce qui sort de la plume ou du clavier n’est pas bon que cela fait de nous quelqu’un d’incapable. De plus, de voir certains écrire des 3000 ou même 4000 mots par jour m’a un peu soufflée au début, moi qui était contente quand j’arrivais au 1000 mots/jour. J’ai donc appris à ne pas me comparaître aux autres.

Cette édition 2019 fut donc une première intéressante mais j’entends bien mettre la barre un peu plus haut l’année prochaine !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *