Sur le banc d’essai : Audible

J’ai toujours été une grande sceptique des audio-books ; pour moi, les utilisateurs de livres audio étaient des gens avec des problèmes de vue mais également des gens trop paresseux que pour lire un livre. Oui, je sais, ce n’est pas vrai.

Depuis que je suis sur les réseaux et notamment Instagram, j’ai remarqué que Audible est utilisé par pas mal de lecteurs et lectrices chevronnés. Donc pas spécialement des fainéants.

Après moult réflection, je me suis dit que je n’avais rien à perdre et qu’il fallait l’essayer pour me faire ma propre opinion plutôt que rester sur mes idées reçues. J’ai donc pris le mois gratuit offert par Audible et *spoiler alert * c’etait en fin de compte une bonne idée.

Comment ça marche ?

Le principe est simple : à raison de €9,99 par mois, vous avez droit à un livre audio au choix dans leur catalogue. Déjà à partir de là vous êtes peut-être mitigé comme moi : le rapport qualité prix est moyen quand même, non ? Oui, je trouvais ça très cher.

Je trouvais ça pas donné donc j’ai par curiosité été voir le prix d’un livre audio qu’on achète à la pièce. Et là, stupeur, des prix complètement dingues me sont apparus. Par exemple, Harry Potter a l’école des sorciers était à €25.

Je me suis raisonnée alors en me disant que, c’est vrai que c’est peut-être pas si cher payé pour avoir un contenu d’un peu plus de 8 heures. Ça reste cher, c’est vrai, mais les €9,99 nous paraissent quand même déjà meilleurs marché.

Un deuxième point qui me chiffonnait était la limitation à un livre. Pourquoi cette limitation, me disais-je, alors que je paie autant pour une plateforme de streaming de musique illimitée ? La réponse m’est venue plus tard : Audible doit être vu comme un abonnement mensuel à – par exemple – un magazine mensuel ou un service qui vous envoie un livre tous les mois.

Ce que je n’avais pas tout de suite compris, c’est que lorsque vous avez votre livre mensuel, vous le gardez, il est à vous. Vous avez votre propre petite bibliothèque de livres audio et à vous de revenir sur ceux que vous voudriez écouter.

A noter également que si le livre ne vous plait pas, vous pouvez changer. C’est ce que j’ai fait pour ma part : j’avais d’abord pris Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études d’Olivier Roland mais ça m’a vite irritée. J’ai donc pris la Fraternité de l’Anneau de Tolkien. En avant pour 21 heures d’audio !

Mais à quoi ça sert ? Autant acheter un livre alors.

Oui, c’était mon point de vue au début. C’est pour ça que j’ai décidé d’écouter l’audiobook en faisant des tâches qui sont pour moi fastidieuses : la vaisselle, le ménage, le sport en salle et j’en passe. Ce sont des tâches où je me dis souvent « Tu perds ton temps » ou où je n’ai aucune concentration car mon cerveau cherche à faire quelque chose d’utile. Ainsi, j’ai passé une partie de mon dimanche à faire les poussières et passer l’aspirateur au gré des aventures de Frodo Saquet et ses amis. Et j’ai adoré. Ces moments inutiles sont presque devenus des moments de plaisir où je n’avais plus l’impression de perdre mon temps.

Il existe bien entendu des autres utilisations ; beaucoup d’utilisateurs d’Audible écoutent leur livre en voiture sur le trajet du travail. Personnellement, mes trajets se font en train et j’ai donc la chance de pouvoir lire à ce moment-là. Néanmoins, il m’est arrivé d’écouter l’audiobook dans le train les jours où j’étais trop fatiguée que pour lire.

Une dernière utilisation qu’on peut donner au livre audio est pour moi l’apprentissage d’une langue. Vous avez ainsi accès aux différentes bibliothèques selon la langue et vous pouvez choisir des livres en anglais ou en allemand, notamment.

Et après ce mois gratuit ?

J’ai acheté un crédit pour continuer mais je ne pense pas utiliser Audible tous les mois car d’une part, ça reste un budget et d’autre part, je ne pense pas écouter l’équivalent d’un livre par mois.

Ce qui fut également pour moi un problème est le fait que je n’aime pas être dans deux histoires en même temps. Je trouve cela très perturbant. De plus, il n’est pas toujours aisé de rester concentrer sur l’audio si on fait quelque chose pendant l’écoute, comme c’est le cas pour moi. On peut avoir du mal à situer un personnage ou un lieu qui a été mentionné précédemment, par exemple.

Pour finir sur un point positif : le Seigneur des Anneaux était un livre que je n’ai jamais réussi à lire. Sans savoir pourquoi, le premier chapitre sur les hobbits était à chaque lecture laborieux et je finissais toujours par lâcher prise de l’histoire. L’avoir en audio m’a donc permis d’entendre l’histoire à défaut de ne jamais avoir réussi à la lire. Enfin, il faut aussi noter qu’Audible fait de temps en temps des offres de contenu gratuit ; j’ai ainsi pu télécharger « L’Appel du Loup » de Jack London la semaine passée.

Et vous, vous avez déjà testé les livres audio ?



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *